La thématique des services de messagerie pose divers défis aux écoles et soulève de nombreuses interrogations. La discussion sur l’utilisation des services de messagerie déclenche souvent des considérations conceptuelles sur la façon dont la communication devrait être organisée dans l’ensemble des écoles. Par exemple, les services de messagerie sont-ils des outils appropriés pour la communication entre les écoles, les membres du corps enseignant et les élèves?

Des références conceptuelles à de telles questions figurent, par exemple, dans la fiche d’information du Département Ecole et Sport de la ville de Winterthour: fiche «Communication numérique».

Protection des données

Tant les préposés cantonaux à la protection des données que les syndicats des enseignantes et enseignants sont préoccupés par la nature et l’étendue de la collecte des données réalisée par WhatsApp. Ces inquiétudes concernent en particulier le fait que WhatsApp a accès à toutes les informations liées aux contacts du carnet d’adresses des téléphones portables disposant de l’application et il les stocke, les traite et les partage avec sa société mère, Facebook, aux États-Unis. Cette situation, nécessiterait, du point de vue de la protection des données, le consentement explicite de toutes les personnes de contact. En outre, l’introduction de la publicité pour le service de messagerie est prévue.

Âge minimum et consentement parental

En raison du RGPD, de nombreux services populaires ont relevé l’âge minimum à 16 ans dans leurs conditions d’utilisation. Selon le droit suisse, le fait de tricher lors de la confirmation de l’âge minimum d’utilisation des services ne constitue pas une infraction pénale. Comme il ne s’agit pas d’un contrat - et pour autant que le service soit gratuit - le droit suisse part du principe d’un accord tacite des parents si le service est néanmoins utilisé par un enfant n’ayant pas atteint l’âge limite.
Lors de l’utilisation des services à l’école, il est recommandé d’obtenir au préalable le consentement écrit des reponsables légaux. Si les services sont, en outre, utilisés par les enseignants à des fins scolaires, ils sont responsables du point de vue de la protection des données et doivent se conformer aux dispositions corresponsantes en matière de protection des données.

Conditions cadres dans les cantons

Les cantons et les départements de l’instruction publique ont réagi différemment aux préoccupations liées à WhatsApp und Co. Alors que certains cantons interdisent ou déconseillent l’utilisation de WhatsApp pour la communication entre enseignants et élèves, d’autres considèrent qu’il est encore possible d’utiliser WhatsApp dans un contexte scolaire sous certaines conditions ou ne se sont pas encore clairement positionnés.

Vue d’ensemble sur les conditions cadres dans les cantons

Comparaison des services de messagerie

Le marché se développe de manière très dynamique et l’éventail des alternatives potentielles ne cesse de s’élargir. En plus des simples services de messagerie, des fonctions éducatives sont également disponibles. La vue d’ensemble des offres a pour but de fournir une orientation aux écoles.

Comparaison des services de messagerie pdf, 172,96 KB

Cette vue d’ensemble est basée sur une évaluation des analyses des différentes institutions. Elle a été élargie pour prendre en compte des critères juridiques et économiques, qui fournissent une orientation supplémentaire lors de l’examen des offres. L’aperçu se limite aux services de messagerie. Les informations contenues dans cette vue d’ensemble proviennent d’analyses et de recommandations émanant de différentes sources, complétées par des enquêtes que nous avons réalisées. Cet aperçu n’est donc ni complet ni exhaustif.