Quiconque a déjà constitué un dossier de candidature ou d'immatriculation sait à quel point il peut être fastidieux de rassembler les diplômes et certificats de travail nécessaires, de les scanner et de les rassembler dans un document (PDF). Outre l'effort nécessaire, un deuxième point est à déplorer: le dossier ainsi constitué contient beaucoup d'informations, dont certaines sont inutiles et très personnelles. L'analyse de ces dossiers génère également beaucoup de travail pour le destinataire –  un employeur ou une institution de formation. De plus, celui-ci doit conserver les données reçues avec soin et en toute sécurité.

Des justificatifs numériques comme solution

Si les diplômes et les certificats de travail étaient à l'avenir délivrés sous forme de justificatifs numériques  –  c'est-à-dire de documents numériques pouvant être vérifiés via une blockchain accessible au public – on ferait d'une pierre deux coups.

Premièrement: les justificatifs numériques provenant de différentes sources, par exemple le bachelor et le premier certificat de stage, pourraient être regroupés en quelques clics dans un dossier numérique. Ainsi, d'une part, la rupture de média, c'est-à-dire le passage du diplôme papier au document scanné, disparaît pour les utilisatrices et utilisateurs. D'autre part, le destinataire reçoit les données dans un format numérique exploitable et vérifiable. Cela simplifie le stockage, la conservation, l'échange et la vérification des données. La connectivité ainsi assurée permet donc d'économiser beaucoup de temps et d'efforts. Elle offre en outre des potentiels d'innovation pour l'automatisation ultérieure de tels processus.

Deuxièmement: le concept de «minimisation des données» deviendrait réalité. L'économie de données signifie que le partage de données personnelles dans un but précis –  ici la candidature ou l'immatriculation –  est réduit au minimum absolument nécessaire. Dans les dossiers traditionnels, cela s'avérait fastidieux, voire impossible. Dans un dossier numérique, en revanche, seules les informations requises sont partagées à partir des justificatifs numériques correspondants. Les diplômes pourraient ainsi être partagés sans date de naissance ni numéro d'immatriculation, par exemple.

En outre, les justificatifs numériques offrent potentiellement des possibilités encore plus économes en données. Par exemple, seule la durée d'activité professionnelle peut être extraite d'un certificat de travail sans que les autres informations de ce certificat ne soient transmises. La durée de l'activité est alors prélevée sous forme de justificatif numérique.

L'inscription à la haute école spécialisée de Giulia: simple et économe en données

Dans le quatrième (et dernier) épisode de notre série vidéo sur le thème «Blockchains dans la formation», nous montrons comment la connectivité et l'économie de données pourraient simplifier la vie des apprenantes et des apprenants ainsi que des institutions de formation. Giulia, une employée de commerce de formation, s'inscrit pour son bachelor dans une haute école spécialisée. Grâce aux justificatifs numériques qu'elle a dans son portefeuille électronique, elle peut le faire facilement – car sans rupture de média – et en économisant des données en quelques clics.

Afin de pouvoir charger une vidéo depuis Vimeo, vous devez autoriser les cookies pour «Analyse et statistiques» et «Confort et partenariat».

Avez-vous manqué les épisodes précédents?

Retrouvez l'ensemble des épisodes de la série de vidéos sur les blockchains dans la formation, en un seul endroit.

Articles associés

Les données sur l'éducation et l'apprentissage sont produites de diverses manières. David. H. Schiller est professeur à la Haute école spécialisée des Grisons et responsable du projet de recherche «Chemins de données de l'éducation numériques (Digitale Bildungsdatenwege)». Il explique pourquoi la mise en évidence de ces flux de données numériques aide à identifier les potentiels de développement.

La collaboration avec des projets d'utilisation des données nous permet d'éclairer l'écosystème des «données de l'éducation» à l'aide de cas concrets issus de la pratique et de tester des solutions à la croisée des différents groupes d'intérêts. Les expériences faites jusqu'à présent le montrent: malgré toute l'hétérogénéité, les mêmes questions préoccupent.

Afin de développer la future politique d'utilisation des données pour l'espace suisse de formation, nous avons créé un programme pour les projets d'utilisation des données. Nous avons demandé aux personnes concernées pourquoi elles étaient intéressées à participer à notre programme.

Qu'est-ce que le fédéralisme suisse a en commun avec la blockchain? Les deux mettent l'accent sur l'autodétermination des petites unités. Lors de notre colloque 2023 sur le thème «blockchains dans la formation», nous nous pencherons sur cette tendance à l'autodétermination. Nous examinerons aussi les significations possibles pour le système éducatif, qui a fait ses preuves en matière de fédéralisme.