Depuis juin 2021, nous travaillons sur mandat de la CDIP et du SEFRI à faciliter l'accès et l'échange des données dans la formation professionnelle. Nous avons pour mission de créer les bases nécessaires et d'anticiper les développements futurs de la transformation numérique.

Le grand défi dans le système éducatif, et donc également dans la formation professionnelle, est de gérer le fédéralisme et l'importante hétérogénéité des systèmes, processus et structures mis en place, ainsi que les législations parfois différentes d'un canton à l'autre. Un système qui relie toutes ces actrices et tous ces acteurs doit donc répondre à des exigences totalement contradictoires. Il doit être compatible avec une multitude d'applications, il facilite la gestion des apprenantes et apprenants pour les grandes entreprises, mais il offre également  une valeur ajoutée aux petites entreprises moins familiarisées avec la technologie. Finalement, l'objectif est d'échanger efficacement les données dans toute la Suisse, mais aussi de rendre si possible toutes les données existantes accessibles dans un espace de confiance et utilisables pour l'ensemble du système.

L'idée d'une fédération des données

L'approche architecturale actuelle est appelée fédération des données. Une fédération des données est une association virtuelle de différents systèmes qui conservent leur autonomie et leur schéma conceptuel local. L'objectif de cette approche est de s'appuyer sur l'existant et de maintenir ainsi les points forts du système tels que la diversité, l'agilité et la capacité d'innovation. Pour y parvenir, il est important de considérer le système dans son ensemble. La fédération des données est conçue principalement pour la formation professionnelle. Dès le début, des réflexions dans une perspective systémique globale ont fait partie intégrante de l'approche choisie. Il s'agit notamment de questions telles que: «comment utiliser les données de différents fournisseurs d'identité, par exemple les services du contrôle des habitants?» ou «comment rendre les diplômes de formation vérifiables numériquement, notamment par des actrices et acteurs non actifs dans la formation professionnelle?».

Potentiel de la blockchain

Pour stimuler un potentiel d'innovation, il est important de se pencher très tôt - lors de la conception de la fédération des données - sur les nouvelles technologies telles que l'apprentissage automatique ou la blockchain. La blockchain a inauguré une nouvelle ère, en particulier pour les systèmes en réseau, comme doit l'être la fédération des données. Après une ère de centralisation, la technologie blockchain permet désormais des architectures décentralisées. En raison du degré élevé d'hétérogénéité du système de formation professionnelle, une approche décentralisée est parfaitement adaptée. Un réseau «peer-to-peer» permet aux actrices et acteurs de communiquer directement les uns avec les autres. La fédération des données dans la formation professionnelle prévoit ainsi d'utiliser le potentiel de la blockchain:

  • relier des ensembles de données et des informations sur les événements provenant de différentes sources;
  • créer des événements de formation de tout type jusqu'aux certificats de fin d'études inclus dans la blockchain;
  • contrôler individuellement les droits d'accès via un trousseau personnel, etc.

La structure modulaire de la blockchain permet à chaque actrice ou acteur de n'installer que les composants nécessaires et d'utiliser les données requises.

Evaluations d'apprentissage dans le portefeuille

Une approche décentralisée pourrait en particulier réformer la prise de décision et la communication des événements dans la formation professionnelle. Les justificatifs relatifs à la formation, tels que les notes ou la fin des cours, sont enregistrés dans la blockchain et sont immédiatement disponibles pour toutes les actrices et tous les acteurs autorisés. Chacune ou chacun peut interpréter un événement pour elle-même ou lui-même puis le conserver à son tour dans la blockchain. Ainsi, l'événement «examen intermédiaire réussi» peut conduire à l'événement «admis à l'examen de fin d'apprentissage». Lorsqu'une apprenante ou un apprenant a fourni tous les justificatifs pertinents à l'achèvement réussi de sa formation, cet événement est également enregistré dans la blockchain. Cette entrée est signée de telle sorte qu'elle puisse être attribuée clairement à une personne. Cette signature est créée à l'aide d'un portefeuille. Ainsi confirment la fin de l'apprentissage non seulement le certificat de capacité sous forme de livret classique, mais aussi un certificat numérique vérifiable automatiquement qui peut être partagé lors d'un processus de candidature. Si, à l'avenir, de plus en plus de systèmes se connectent à la fédération des données, cela signifie qu'une personne aura à sa disposition tous les diplômes obtenus, de l'école primaire aux hautes écoles, dans son portefeuille. Les justificatifs peuvent être partagés de manière ciblée par la personne. Ils peuvent être vérifiés automatiquement et réduisent ainsi la charge administrative, que ce soit pour l'admission en tant que formateur ou pour l'inscription dans une nouvelle école.

Cet exemple montre comment la charge administrative peut être réduite lors de l'échange d'informations. De même, les données sont transmises automatiquement dans la fédération des données de manière sûre et conforme à la loi. Les informations peuvent être consultées en temps réel dans le système par des actrices et acteurs définis au préalable. Les données peuvent être transmises à des tiers autorisés. Comme les événements sont enregistrés de manière transparente dans le système, les décisions sont compréhensibles. De plus, les événements sont clairement attribués aux personnes concernées.

Les exigences du système de formation professionnelle suisse sont complexes et hétérogènes. Les nouvelles technologies et les approches innovantes créent toutefois des opportunités pour répondre à ces exigences. Grâce à une approche décentralisée, les données pourront à l'avenir être échangées de manière sûre, conforme à la loi et simplifiée.

 

Auteur

Articles associés

En raison de la rapidité des progrès technologiques, les conditions-cadres des technologies d'IA sont souvent peu claires, également dans le domaine de l'éducation. Le projet «Sandbox de l'innovation pour l'IA» vise à clarifier la réglementation. Raphael von Thiessen, chef du projet Sandbox du canton de Zurich, explique la démarche.

Le deuxième épisode de notre série de podcasts «Données dans l'espace numérique de formation» se penche sur l'intelligence artificielle (IA) dans l'administration de l'éducation. L'IA est-elle déjà utilisée? Quelles sont les questions les plus urgentes? Et quelles sont les réponses qui existent déjà?

Le 1er septembre 2023, la loi fédérale révisée sur la protection des données est entrée en vigueur. Pour les personnes privées (y compris les entreprises) et les organes fédéraux, cela implique des changements importants dans la manière de traiter les données personnelles et d'informer.

La meilleure façon d'apprendre une langue étrangère est de la parler. Le temps de parole est toutefois souvent insuffisant dans le cadre scolaire. Un chatbot basé sur la voix pourrait y remédier. Co-directeur du projet «Towards a Voice-based Chatbot for Language Learners (ChaLL)», Michael Geiss de la HEP de Zurich explique notamment quelles sont les prémisses à respecter.