Quelle est l'utilité d'un guichet pour les questions relatives à l'utilisation des données?

Lea Marti: L'utilisation des données est un sujet de plus en plus important. Nous divulguons toutes et tous quotidiennement des informations sur nous-même. Parfois de manière plus consciente en publiant un article, parfois de manière plus inconsciente en cliquant sur la bannière de cookie. Les médias numériques facilitent la collecte de données et permettent de nouvelles utilisations de ces données. La protection et l'utilisation de ces données soulèvent de nombreuses nouvelles questions, y compris pour l'administration. En tant qu'unité administrative, on est fortement sollicité. Certes, de nombreuses réponses et aides voient le jour, mais on travaille aussi beaucoup en parallèle et les connaissances générées ne sont pas accessibles ou trouvables par toutes et tous. Il est donc très utile que ces questions soient traitées par un guichet et que les connaissances soient ainsi centralisées et partagées. De plus, cela permet de clarifier les besoins d'action à l'échelle suisse et d'initier de nouveaux développements.

«  Mais je vois aussi dans ce guichet une chance de se pencher sur les grandes questions et d'initier de manière active de nouveaux développements.  »

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du guichet?

Pour qu'un guichet pour l'ensemble de la Suisse soit pertinent et utile, il doit fournir des retours concrets et pratiques dans un délai utile. Donc, par ex., une recommandation concrète sur une application. Pour ce faire, les connaissances déjà existantes pourraient être utilisées. Ces connaissances devraient être mises en commun et être accessibles à toutes et tous, par ex. via un recueil de «questions fréquentes». Mais je vois aussi dans ce guichet une chance de s'atteler aux grandes questions, par ex. à qui appartiennent les données, et d'initier de manière active de nouveaux développements, par ex. une stratégie OpenData.

Dans quel cas contacteriez-vous le guichet?

Nous avons récemment reçu une demande d'un père concernant une application de communication. L'école de son enfant utilise désormais cette application et a demandé à tous les parents de communiquer à l'avenir avec l'école par le biais de cette application. Ce père s'inquiétait et voulait savoir si les données de son enfant étaient suffisamment protégées. Il s'agit d'une demande légitime, qui préoccupe également les écoles. En même temps, il est toujours difficile de répondre à ces questions concernant des produits concrets. Nous ne pouvons pas examiner chaque application individuellement, il y en a tout simplement trop et leurs directives de protection des données ne sont pas non plus les mêmes. Certes, il existe le Navigateur d'Educa, qui évalue les applications et les programmes sous l'angle de la protection des données, mais il manque une recommandation concrète indiquant si l'application peut être utilisée et dans quelles conditions. Il serait très utile d'obtenir sur ce point une réponse concrète de la part du guichet pour les questions relatives à l’utilisation des données.

Interlocutrice

Portrait Lea Marti
Lea Marti
Collaboratrice scientifique et directrice suppléante
Section organisation de la Division de la scolarité obligatoire du canton d'Argovie, Département de la formation, de la culture et du sport

Articles associés

Avec le nouveau «Swiss National EdTech Testbed Programm» du Swiss EdTech Collider, le corps enseignant dispose pour la première fois d'une offre nationale lui permettant de tester et de participer à l'élaboration d'outils numériques pour l'enseignement. Carmen Sieber du Swiss EdTech Collider donne un aperçu du programme.

Qu'est-ce que le fédéralisme suisse a en commun avec la blockchain? Les deux mettent l'accent sur l'autodétermination des petites unités. Lors de notre colloque 2023 sur le thème «blockchains dans la formation», nous nous pencherons sur cette tendance à l'autodétermination. Nous examinerons aussi les significations possibles pour le système éducatif, qui a fait ses preuves en matière de fédéralisme.

Dans un monde numérique, la transmission de diplômes et de certificats de travail analogiques pose des problèmes et génère des montagnes de données personnelles. Les justificatifs numériques peuvent aider dans ce cas, car ils améliorent deux choses: la connectivité – c'est-à-dire la transmission la plus simple possible – et l'économie de données de tels échanges de données. Nous montrons comment cela se passe concrètement dans la quatrième vidéo de la série sur le thème «Blockchains dans la formation».

Comment exploiter les blockchains dans le système éducatif? Nous nous pencherons sur cette question lors de notre colloque «Educa23». En guise d'avant-goût, nous montrons dans une série de vidéos comment les blockchains révolutionnent l'échange de données. Dans la première vidéo, nous expliquons la délivrance d'un contrat d'apprentissage sous forme de justificatif numérique vérifiable.