Quel rôle les données joueront-elles dans l'école de demain?

Les données jouent déjà un rôle dans les écoles aujourd'hui. Les enseignantes et enseignants effectuent actuellement leurs évaluations sur la base d'une multitude d'observations (donc de données) et distillent les performances des élèves dans un bulletin, qui fondamentalement les quantifie. À l'avenir, davantage de technologies basées sur les données seront probablement également utilisées à l'école dans tous les domaines.

Où voyez-vous le plus grand potentiel dans l'utilisation des technologies basées sur les données?

Les technologies basées sur les données ont le plus grand potentiel dans le soutien individualisé des élèves. Elles permettent d'adapter la diffusion des contenus d'apprentissage à différents styles d'apprentissage, de diagnostiquer et de soutenir de manière ciblée les forces et les faiblesses, et de développer de nouvelles approches de la collaboration de groupe. Elles pourraient également simplifier les processus administratifs, si elles sont introduites avec précaution.

Les projets du Programme national de recherche 77 (PNR 77) du Fonds national suisse (FNS) présentent un pot pourri intéressant d'exemples.

«  Il faut un mélange de scepticisme sain et d'envie d'expérimenter.  »

Quels sont les plus grands défis sur le chemin d'une telle école?

Plusieurs de ces technologies sont nouvelles et doivent d'abord gagner la confiance de toutes les parties prenantes du système éducatif quant à leur efficacité, leur sécurité, leur fiabilité et leur facilité d'utilisation. Nous devons certainement ici faire preuve d'un mélange de scepticisme sain et de plaisir d'expérimenter.

Interlocuteur

Abraham Bernstein
Prof. Abraham Bernstein, Ph.D.
Professeur à l'Institut d'informatique et directeur général de la Digital Society Initiative de l'Université de Zurich

Photo: John Flury

Articles associés

Dans un monde numérique, la transmission de diplômes et de certificats de travail analogiques pose des problèmes et génère des montagnes de données personnelles. Les justificatifs numériques peuvent aider dans ce cas, car ils améliorent deux choses: la connectivité – c'est-à-dire la transmission la plus simple possible – et l'économie de données de tels échanges de données. Nous montrons comment cela se passe concrètement dans la quatrième vidéo de la série sur le thème «Blockchains dans la formation».

Le projet IDENTI du canton de Lucerne s'intéresse à l'identité numérique des élèves et met en lumière les conditions-cadres des moyens d'enseignement numériques ainsi que des applications. Karin Weber et Reto Buchmann, qui assument la codirection du projet, ont esquissé pour nous les premières solutions aux défis identifiés.

Notre nouvelle rubrique a pour but d'informer, transmettre des connaissances et susciter des discussions. Notre premier Dossier Educa est consacré à la thématique très actuelle des «blockchains dans la formation». Notre colloque Educa23 était également placé sous ce thème; notre rétrospective vous donnera des informations détaillées sur cet événement.

Afin de développer la future politique d'utilisation des données pour l'espace suisse de formation, nous avons créé un programme pour les projets d'utilisation des données. Nous avons demandé aux personnes concernées pourquoi elles étaient intéressées à participer à notre programme.