L'apprentissage ne fonctionne pas uniquement de manière très performante avec une motivation intrinsèque: nous apprenons souvent très bien et durablement lorsque nous sommes involontairement jetés dans des situations nouvelles et inhabituelles. Le COVID-19 nous a offert à tous une variété de situations de ce type à différents niveaux. Une idée centrale en matière d'apprentissage prédominait à SILVIVA: nous vivons au temps du numérique, peu importe ainsi nos préférences et nos opinions concernant le thème de l'apprentissage numérique ou analogique. Cette prise de conscience a quelque chose de choquant, mais aussi de libérateur. Tout comme l'idée désormais scientifiquement fondée selon laquelle il n'existe qu'un seul monde matériel et que tout le reste peut être expliqué par l'émergence (et non par la métaphysique), la numérisation signifie que notre vie est inéluctablement liée aux microprocesseurs, aux réseaux électroniques et à la réalité technique. Même les personnes les plus réfractaires au téléphone portable et les technophobes ne peuvent éviter le fait que pratiquement aucune interaction humaine dans quelque domaine que ce soit (médecine, politique, mobilité, énergie, éducation, ...) n'est possible sans une interaction synergique avec les appareils numériques. Oui, nous devrons peut-être même dire adieu aux modèles mentaux, qui nous sont devenus chers, selon lesquels la vie est comparée à la technologie. James Gleick écrit ainsi dans son livre The Information (2011):

«DNA is the quintessential information molecule, the most advanced message processor at the cellular level – an alphabet and a code, 6 billion bits to form a human being. "What lies at the heart of every living thing is not a fire, not warm breath, not a 'spark of life'," declares the evolutionary theorist Richard Dawkins. "It is information, words, instructions ... If you want to understand life, don't think about vibrant, throbbing gels and oozes, think about information technology."» (p. 8–9)

Si nous examinons la recherche sur l'efficacité de l'apprentissage, nous trouvons quelques informations indiquant à quoi l'apprentissage efficace pourrait ressembler: les éléments principaux sont par exemple l'auto-évaluation (par les apprenants) et l'évaluation externe (par le corps enseignant) de son propre niveau d'apprentissage, la conviction d'efficacité personnelle, les attentes collectives en matière d'efficacité du groupe d'apprentissage, la crédibilité et la clarté du corps enseignant, la répétition, la mémorisation et la vérification de ce qui a été appris et la réaction aux interventions. Et d'après les recherches sur le cerveau, nous pouvons relever ce qui suit: l'apprentissage qui active le plus grand nombre de sens possible (voir, toucher, sentir, goûter, entendre, bouger), qui se déroule dans des environnements réels dynamiques et stimulants et qui nécessite une implication active et autodéterminée des apprenants, est très efficace et permet un ancrage fiable dans la mémoire.

Si vous avez lu attentivement, vous aurez réalisé immédiatement: (presque) rien de cela ne prédestine à l'apprentissage numérique ou analogique. Car il est déjà prévisible que les expériences audiovisuelles rendront bientôt possible cette stimulation sensorielle. Il est toutefois déjà concevable aujourd'hui que, lors d'une tâche d'apprentissage exploratoire en forêt, nous atteignons avec une utilisation intelligente des tablettes une motivation et une attente d'efficacité plus élevées qu'avec une approche analogique traditionnelle.

Toutefois, il existe désormais une base de recherche qualitativement bonne sur le fait que l'apprentissage dans la nature, par opposition à l'apprentissage traditionnel en classe, favorise la motivation intrinsèque, renforce l'interaction sociale et la confiance mutuelle, soutient les compétences linguistiques et favorise le mouvement, l'habileté, la santé et la créativité.Par conséquent, il serait probablement effectivement judicieux de se demander de plus en plus - en particulier à l'ère de la distance COVID-19 – si une partie de l'enseignement basé sur le plan d'études ne devrait pas être déplacée régulièrement vers des espaces d'apprentissage du monde réel à l'extérieur. Cela aurait également pour effet de renforcer les compétences futures de l'OCDE (esprit critique, coopération, communication, créativité) et de permettre au corps enseignant et aux élèves de mettre en place une relation basée sur l'expérience avec leur environnement local.

En raison de ce que j'ai dit plus haut, cela ne signifie toutefois pas: retour à la nature analogique. D'un point de vue éducatif, nous devons relever le défi suivant: comment pouvons-nous utiliser la numérisation hybride abordée ci-dessus de manière à créer les espaces et les situations d'apprentissage qui, dans l'interaction d'une expérience réelle de la nature et d'un soutien numérique d'apprentissage, encouragent le plus efficacement l'apprentissage? Et puis soudain, même des choses que nous ne pouvions même pas imaginer avant le COVID-19 sont possibles: Fernlernen mit der Natur.

Et la question décisive n'est peut-être plus: la nature contre la technologie, mais plutôt un apprentissage à l'intérieur sans nature contre un apprentissage extérieur efficace avec une utilisation optimale des possibilités que nous offre le numérique.