Contenu

Les discussions sur le sens et le non-sens de l'utilisation d'une blockchain sont souvent très pointues. D'un côté, il y a les partisanes et partisans de la blockchain, qui considèrent cette technologie comme la panacée. De l'autre, il y a celles et ceux pour qui la technologie blockchain est une solution à la recherche d'un problème inexistant. Dans ce débat polarisé, une approche pragmatique est souvent laissée de côté. Le fait est que les blockchains peuvent tout à fait être pertinentes – mais uniquement pour des cas d'application spécifiques.

Les blockchains sont «historiques» et décentralisées

Pour comprendre pourquoi les blockchains ne conviennent qu'à des applications spécifiques, il est important de réaliser ce qui les différencie des bases de données traditionnelles. Les différences concernant le type et le stockage des données ont une influence pour déteminer le choix le plus pertinent entre une blockchain ou une base de données traditionnelle.

Tout d'abord, la nature des données: de nombreuses bases de données traditionnelles sont explicitement conçues de manière à ce que les données obsolètes soient généralement supprimées ou remplacées par les modifications. Ainsi, la base de données ne reflète «que» le statu quo. En revanche, les blockchains sont conçues de manière à ce que les données soient enregistrées sous forme de transactions. Si les données stockées dans une blockchain changent, les entrées existantes ne sont pas remplacées, mais les modifications sont ajoutées à la blockchain au moyen d'une nouvelle transaction. En raison de ce fait, les blockchains font partie – avec d'autres bases de données – des «bases de données historiques», sur lesquelles sont enregistrées les données de transaction correspondantes. Grâce à l'horodatage immuable de chaque transaction sur la blockchain, les blockchains permettent de reconstruire tous les états et événements des périodes précédentes. Si une «base de données historique» est souhaitée pour stocker des données de transaction dans un cas d'application spécifique, l'utilisation d'une blockchain au lieu d'une base de données traditionnelle pourrait être potentiellement judicieuse.

En ce qui concerne le type de stockage, les blockchains se caractérisent avant tout par le fait que les données sont stockées de manière décentralisée. Le stockage décentralisé signifie que tous les nœuds d'exploitation de la blockchain possèdent une copie identique des données. Cela rend les manipulations de données plus difficiles et augmente la résilience de la base de données, car en cas de défaillance d'un nœud d'exploitation, les autres nœuds d'exploitation continuent à assurer le fonctionnement de la base de données. Dans la plupart des bases de données traditionnelles, le stockage est centralisé – il n'y a donc qu'une seule porte d'entrée pour les attaques sur la base de données ou les manipulations de données. Si les considérations de sécurité et de résilience jouent un rôle central dans un cas d'application, il peut être judicieux d'envisager une solution blockchain.

Catalogue de critères détaillé comme aide à la prise de décision

Les types de données et de stockage ne sont que deux critères parmi toute une liste de critères permettant d'évaluer si une solution blockchain est adaptée à un cas d'application spécifique. Afin d'examiner de manière plus systématique l'adéquation des blockchains pour des cas d'application de tout type, nous avons réuni ci-dessous un catalogue de critères provenant de différentes sources. Ce catalogue de critères se concentre sur la clarification de l'adéquation technique d'une solution blockchain. Les aspects économiques ou juridiques – la protection des données étant le mot-clé – devraient bien entendu être pris en compte dans la prise de décision, en plus de l'analyse technique.

Ce catalogue de critères a deux objectifs. D'une part, il indique clairement le nombre de critères qu'un cas d'application doit remplir simultanément avant qu'il ne devienne pertinent de réfléchir sérieusement à une solution blockchain. D'autre part, il doit être une aide pour réfléchir à l'opportunité d'envisager une solution blockchain dans des cas d'application très concrets dans la formation. Il faut notamment tenir compte des différents types de blockchains, qui conviennent ou non à des cas d'application très différents.

Cas d'utilisation possibles pour l'analyse

En principe, les solutions blockchain peuvent déployer leur potentiel lorsqu'il s'agit de cas d'application avec une gestion des données impérativement fiable et, en outre, une certaine extension dans l'espace et en termes de volume de données. Pensez donc en termes de grandes dimensions en parcourant le catalogue de critères. Les cas d'application pour lesquels il pourrait être intéressant d'évaluer l'aptitude d'une blockchain seraient par exemple:

  • Une infrastructure pour le stockage sécurisé des données de base des élèves d'un canton.
  • Une carte électronique d'apprenante ou d'apprenant pour l'identification des apprenantes et apprenants d'un canton (par ex. pour l'accès à ses propres données et la vérification de l'identité lors des examens).
  • Un système numérique à l'échelle nationale pour la vérification des certifications et des accréditations des écoles.

Notre catalogue de critères est présenté sous forme d'organigramme – d'autres approches, telles que des listes de contrôle, sont également disponibles dans la littérature complémentaire (voir ci-dessous). Dans notre organigramme, les cases en forme de losange représentent toujours une décision (oui / non). En fonction de la décision prise, l'organigramme se poursuit sur l'un ou l'autre chemin jusqu'à un point final – et donc, espérons-le, une décision.

D'ailleurs, pour chaque point de l'organigramme, vous obtenez des informations supplémentaires en passant la souris (ou le doigt sur le smartphone) sur le champ correspondant. C'est maintenant à vous de jouer: prenez en main un cas d'application qui nécessite depuis longtemps une solution et examinez s'il pourrait être pertinent d'envisager une solution blockchain.

Document

Avis d'experts sur l'utilisation possible des blockchains

La thématique de la blockchain était aussi au cœur de notre colloque «Educa23». En marge de cette manifestation, nous avons également interrogé des expertes et experts sur la question de savoir quand une blockchain pourrait être pertinente dans le contexte de l'éducation. Les différents points de vue des expertes et experts reflètent la complexité de la question. Tim Weingärtner, professeur à la Haute école spécialisée de Lucerne, fait remarquer qu'il faut toujours commencer par se demander si une blockchain est vraiment nécessaire. Dorothea Baur, conseillère en éthique, aborde le sujet sous l'angle de sa profession: elle ne voit pas l'utilité d'une blockchain dans l'éducation, car elle n'est pas en mesure de résoudre des problèmes réels. Nicole Beranek Zanon, avocate spécialisée dans les nouvelles technologies, se montre plus optimiste. Elle fait toutefois remarquer qu'une introduction, même dans un cas d'application donné, risque de prendre du temps car il est nécessaire de créer des bases juridiques. Enfin, Jean Marc Seigneur – professeur à l'Université de Genève – souligne que le choix du type est important dans la réflexion sur une solution blockchain.

Vidéo: Avis sur les blockchains dans la formation – Quand une blockchain est-elle partinente?

Afin de pouvoir charger une vidéo depuis Vimeo, vous devez autoriser les cookies pour «Analyse et statistiques» et «Confort et partenariat».

Weiterführende Literatur

Contenus associés

Des justificatifs  numériques vérifiables via des blockchains pourraient simplifier l'échange de données souvent complexe dans le système éducatif et l'orienter davantage vers les besoins des apprenantes et apprenants. Une série vidéo en quatre parties sur le thème «Blockchains dans la formation» illustre ce à quoi cela pourrait ressembler concrètement.

Ce glossaire explique les termes importants relatifs au thème «Blockchains dans la formation». Il n'a pas la prétention d'être exhaustif et sera complété au fur et à mesure.

La technologie blockchain dans la formation va bien au-delà des justificatifs numériques. Les jetons, les contrats intelligents et les DAO offrent, en plus des bulletins et certificats, des opportunités passionnantes pour le système éducatif. Apprenez-en plus sur les possibilités de ces cas d'application dans l'éducation.

La reproduction de documents physiques existants sous forme de justificatifs numériques devient passionnante lorsque ces justificatifs sont intégrés dans un écosystème. Le débat sur l'e-ID étatique donne des indications sur la forme que pourrait prendre un tel écosystème et sur la manière dont le système éducatif pourrait s'y intégrer.