Dans la formation professionnelle initiale, les données concernant les apprenantes et apprenants sont générées à divers endroits. De nombreux défis apparaissent lors de l'échange de ces données. Afin d’améliorer et de simplifier l'accès et l'échange des données et d’encourager ainsi l'innovation, nous avons été mandatés en juin 2021 par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP) et le Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) pour la conception d'une fédération des données pour la formation professionnelle et la préparation des bases légales relatives.

Les apprenantes et apprenants de la formation professionnelle initiale sont souvent actifs dans différents endroits. Ils fréquentent souvent une école professionnelle dans un autre canton que leur canton de résidence. L'entreprise formatrice peut être active au niveau intercantonal ou national. Et les cours interentreprises sont fréquemment organisés sur une base intercantonale. Des données sur le parcours de formation des apprenantes et apprenants sont ainsi générées par différentes applications spécialisées, par différents acteurs, dans différentes collectes de données. Le premier défi est de s'assurer que les données sont de la même qualité dans les différents endroits. Le second défi est encore plus important. Prenons l'exemple d'une association professionnelle active au niveau national souhaitant lancer un service innovant, qui pourrait être utilisé pour rendre le fonctionnement des cours plus flexibles. L'accès aux données détenues de manière décentralisée, telles que les données d'adresse, le lieu d'apprentissage ou l'entreprise formatrice, rencontre de nombreux obstacles techniques et organisationnels.

Afin de répondre à ces défis, nous avons été chargés de concevoir une fédération des données. Il s’agit d’un service qui assure de manière automatique la transmission des données stockées de manière décentralisées entre les différentes applications spécialisées. La fonction de base est la suivante. Une application spécialisée a besoin d'une donnée (par ex. un numéro de téléphone) afin qu'un cours interentreprise puisse être organisé efficacement. L'application se tourne alors vers la fédération des données. Le service recherche cette information dans les collections de données connectées et la transmet ensuite à l'application spécialisée dans le format souhaité – à condition que celle-ci ait le droit de recevoir ces données.

Calendrier

Durant la phase de conception de juillet 2021 à octobre 2022, nous clarifions quelles sont les bases légales nécessaires à la mise en place d'une telle fédération et quelles exigences l'infrastructure technique doit remplir.

Dans notre Newsletter «Utilisation des données», nous vous informons régulièrement sur le projet ainsi que sur les nouveautés dans le domaine de l'utilisation des données.

Contenus associés

Le programme identifie et analyse les aspects centraux de l'utilisation des données dans l'éducation et met en évidence les potentiels et les défis. Nous accompagnons à cet effet dix projets et examinons dès à présent les demandes de projets.

Dans de nombreux domaines, une meilleure utilisation des données permet de répondre aux besoins de manière plus ciblée, de promouvoir l'innovation et d'utiliser les ressources de manière plus efficace et durable. Les données sont une ressource centrale également dans l'éducation.

Il existe de grandes incertitudes quant à l'utilisation des données et à leur protection dans l'espace suisse de formation. Notre guichet soutient les personnes issues de l'administration de l'éducation et les directions d'école et veille à plus de clarté.

La numérisation croissante modifie l'apprentissage, l'enseignement et la vie dans nos écoles à un rythme toujours plus rapide. L'état et les effets de la numérisation dans le système éducatif en Suisse sont pour la première fois mis en lumière de manière complète avec le rapport «La numérisation dans l'éducation».