Moyens d'enseignement

Les moyens d’enseignement sont centraux dans le pilotage et les pratiques pédagogiques. Ils disposent de multiples fonctions qu’ils soient entre les mains du personnel enseignant, des élèves ou des responsables de la politique de l’éducation. Adaptés aux standards de la formation, aux plans d’études et aux instruments d’évaluation (Concordat HarmoS, art. 82), ils font partie des dispositifs importants du développement et de l’assurance qualité du système éducatif. Ils veillent entre autre à ce que les modifications des plans d’études puissent être mis en place.

La numérisation croissante implique la transmission de compétences spécifiques et de connaissances appropriées. Dans ce contexte, les moyens d’enseignement jouent un rôle important en tant que support/médium pour des contenus appropriés – en particulier dans les domaines de l’éducation aux médias et des technologies de l’information et de la communication (TIC) – et de médias numériques. Ils demandent et favorisent des compétences d’utilisation, indépendamment de la discipline.

La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) accorde une place de choix aux contenus, respectivement aux moyens d’enseignement et d’apprentissage numériques dans sa Stratégie en matière de TIC et de médias (2007). Dans ce cadre, les tâches suivantes sont assurées à l’échelon intercantonal: promouvoir la production, assurer la qualité en référence aux plans d’études des régions linguistiques et favoriser l’accès (voir 2e champ d’action). Une modification de la stratégie est actuellement en cours d’examen.

Ecole obligatoire

Les cantons sont souverains dans le domaine des moyens d’enseignement à l’école obligatoire. Ils décident quels sont ceux à utiliser. Ils définissent les processus nécessaires à leur approbation, déterminent ceux qui sont obligatoires, prononcent des recommandations et s’occupent de l’acquisition et de la distribution. Certaines de ces tâches sont assurées en commun par quelques cantons ou − comme c’est le cas en Suisse romande − par les régions linguistiques. Ces dernières assurent l’harmonisation des plans d’études, la coordination des moyens d’enseignement et peuvent prendre des dispositions d’organisation (Concordat HarmoS, art. 81 et 83).

Suisse romande
La Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) est responsable des moyens d’enseignement dans le cadre de la Convention scolaire romande (art. 9). Elle met à disposition des cantons membres du matériel didactique de qualité, conforme au plan d’études et peu coûteux. Elle favorise aussi l’usage des ressources électroniques (Programme d’activités de la CIIP 2016-19, 3.7.1). Les cantons romands ont transmis à la CIIP différentes compétences cantonales: sélection, évaluation, approbation et réalisation de moyens d’enseignement communs adaptés au plan d’études. Cette centralisation est coordonnée par des organes intercantonaux:

Suisse alémanique
La Conférence des directeurs d’instruction publique de la Suisse alémanique (D-EDK) dispose d’une politique commune. Elle vise à offrir aux écoles des moyens d’enseignement peu onéreux, de qualité, conformes au plan d’études et adaptés aux besoins du système éducatif. Cet objectif, qui figure dans le Programme de travail de la D-EDK (édition 2017), est mis en œuvre par la Centrale intercantonale des moyens d’enseignement (ilz). Celle-ci, en tant que centre de compétences et de prestations, met à disposition des cantons alémaniques et plurilingues différents instruments et informations pour la planification, l’évaluation, le développement, la distribution et l’introduction des moyens d’enseignement. La sélection et l’accréditation de ces derniers restent soumises aux politiques cantonales, toutefois quelques collaborations régionales se sont développées. Il existe une coopération régionale pour l’évaluation des moyens d’enseignement dans la partie Nord-Ouest de la Suisse (BRNW), ainsi qu’en Suisse centrale (BKZ). Basé sur un plan d’études commun pour l’apprentissage des langues étrangères, le projet Passe-Partout regroupe six cantons (BE, BL, BS, FR, SO et VS) sis à la frontière linguistique avec la Suisse romande. Ils choisissent et élaborent ensemble un moyen d’enseignement.
Interkantonale Lehrmittelzentrale (ilz)
Projekt Passepartout

La D-EDK travaille actuellement à un concept pour le développement, la mise à disposition et la création de conditions-cadre pour l’utilisation de ressources électroniques d’enseignement et d’apprentissage (RéEA) dans le cadre de la Stratégie TIC et médias de la CDIP. Le projet «Lernmedien» de la Conférence des directeurs de l’instruction publique (NW EDK) examine les effets de la numérisation sur la création et l’introduction de manuels scolaires à l’école primaire et au secondaire I. Dans ce contexte, un rapport d’experts a été publié en mai 2017. Il offre un premier état des lieux. Il doit servir comme point de départ pour d’autres discussions.
Projet Médias d’apprentissage «Lernmedien in den Kantonen der Nordwestschweiz»(NW EDK)

Tessin
Le canton du Tessin définit, dans le cadre de sa politique en la matière, de rares prescriptions et fixe ainsi les moyens d’enseignement obligatoires. Dans la plupart des cas, les enseignantes et enseignants choisissent librement un manuel sur une liste mise à disposition, lorsqu’il en existe une. Ils peuvent aussi décider de faire autrement. Les ressources officielles numériques seront prochainement accessibles sur la plateforme cantonale Scuoladecs. De plus, le canton planifie l’élaboration d’un portail global à plusieurs niveaux. Il a pour but de fédérer les différentes plateformes existantes et de fournir au corps enseignant un espace d’échange de matériel.

Secondaire II

Au secondaire II, la Confédération, les cantons et les organisations du monde du travail (OrTra) assument conjointement la responsabilité des moyens d’enseignement (art. 63 Cst.). La liberté du choix prévaut. Sur la base des plans d’études respectifs, les enseignantes et enseignants décident librement du matériel utilisé. Souvent, les choix sont coordonnés au niveau des établissements scolaires et des groupes responsables des différents domaines disciplinaires. L’emploi de ressources numériques dépend essentiellement, comme pour les autres degrés scolaires, des moyens techniques présents: infrastructures locales, services Internet ou encore appareils personnels.

Dans le cadre de la formation professionnelle, contrairement aux gymnases et aux écoles de culture générale, les lieux d’apprentissage sont au nombre de trois: entreprises, écoles professionnelles et cours interentreprises. Cette situation nécessite des moyens d’enseignement adaptés. Les entreprises sont responsables du matériel pédagogique utilisé. Le plus souvent, les OrTra, en tant que garantes de la formation professionnelle de base, les leur fournissent. Les cantons veillent à ce que l’offre des écoles professionnelles réponde aux besoins (art. 22, LFPr). Ils établissent des dispositions plus détaillées dans le cadre légal cantonal. La Confédération promeut la création de moyens didactiques destinés aux minorités linguistiques (art. 5 al. B, LFPr). Dans ce contexte, les moyens d’enseignement numériques offrent de nombreuses possibilités grâce à leur disponibilité en tout lieu et en tout temps. Leur faculté à mettre en réseau et à promouvoir la collaboration entre les formateurs de la pratique professionnelle, des écoles professionnelles et des cours interentreprises est aussi un atout (art. 16 al. 5, LFPr).
Commission romande d'évaluation des moyens d'enseignement pour la formation professionnelle (CREME)
Commission romande des économes de la formation professionnelle (GREFP)
Groupe moyens d’enseignement numériques (MENU)
Gruppo di lingua italiana per i materiali d’insegnamento (GLIMI)

Collaboration nationale

La collaboration nationale a lieu dans le domaine de la distribution des moyens d’enseignement numériques. Sur mandat de la Confédération et des cantons, educa.ch gère la Bibliothèque scolaire numérique (BSN), respectivement, le catalogue national des ressources électroniques d’enseignement et d’apprentissage. Ces dernières proviennent de différents partenaires cantonaux et partenaires privés sélectionnés, disposant d’un mandat éducatif. Le catalogue national permet aux enseignantes, enseignants et élèves d’avoir accès à des contenus numériques de qualité certifié, adaptés au paysage de la formation suisse. L’interopérabilité est garantie par le standard de métadonnées LOM-CH développé par un groupe d’experts, dirigé par educa.ch.
Accès en ligne

Littérature concernant la thématique
Lehmann, L. (2016): Lehrmittelpolitik. Eine Governance-Analyse der schweizerischen Lehrmittelzulassung. Wiesbaden: Springer.

Cette page en: Deutsch English

Dernière actualisation de cette page: 05.10.2017

Job